Chemin d’Avent jusqu’à Noël

Mercredi 25 décembre, Noël

Les animaux, la crèche, la paille, l’obscurité et le froid ! Voilà les préparatifs que Dieu avait fait pour lui-même !  La crèche était la figure de son délaissement, la paille de rebut sur laquelle il était couché exprimait bien ce rejet que les hommes ont fait et feront de lui et de son Église pendant toutes les générations  jusqu’à la fin.
William Faber (1814-1863)

Mardi 24 décembre

Bethléem, c’est toi. Tu me prépareras ce lieu pauvre et humble que je bénirai et où je naîtrai. Tu es un Bethléem vivant qui doit aspirer à me recevoir, m’attirer par ses désirs, m’appeler, m’aimer ; tu es le gîte où je veux être posé. En ce petit Bethléem de ton coeur, tout mon mystère doit se passer, s’accomplir dans la réalité divine de ma naissance.
Mère Thérèse Emmanuel de la Mère de Dieu (1817-1888)

Lundi 23 décembre

Que nous servirait la venue du Messie sur la terre, s’il ne venait naître et vivre en nous, c’est à dire, s’il ne venait nous animer de son esprit, nous inspirer de sa grâce, nous pénétrer de ses sentiments, puisqu’on est Chrétien et qu’on ne peut se sauver qu’à cette condition ? Or Jésus-Christ ne vient dans l’âme qu’autant qu’on le désire et dans la proportion où on le désire.
André Hamon (1795-1874)

4ème dimanche de l’Avent

Au moment où nous arrive le Sauveur, on peut se demander si les foules qui envahissent les magasins pour fêter Noël ont réellement conscience de ce que veut dire :être sauvé. Car Jésus n’est pas venu simplement améliorer la condition humaine, prêcher la justice sociale et consoler les affligés : il est venu nous sauver, et nous sauver de la mort éternelle.
Père Max Huot de Longchamp

Samedi 21 décembre

La Vierge reçoit du Père éternel ce pouvoir admirable de donner naissance à Dieu en la nature humaine ; de donner un nouvel être à l’éternel et immuable ; de donner dans le cours des siècles, existence à celui qui est existant en l’éternité ; et de donner en la terre vie au Fils qui est vivant, et qui était vivant dans le ciel par le Père.  
Pierre de Bérulle (1575-1629)

Vendredi 20 décembre

La morale de la Nouvelle Alliance est dominée par l’appel fondamental de Jésus à venir à sa suite, ainsi qu’il le dit au jeune homme : ” si tu veux être parfait… viens et suis moi ! ” (Mt 19,21). Les paraboles évangéliques du trésor et de la perle précieuse, pour laquelle on vend tout ce qu’on possède, sont des images parlantes et vivantes du caractère radical et inconditionnel du choix qu’exige le royaume de Dieu.
Saint Jean Paul II (1920-2005)

Jeudi 19 décembre

De toute éternité, Dieu a déterminé de me créer, moi, et non pas simplement un homme de plus. Il a résolu de me créer, moi, tel que je suis. Ce moi différent de tout autre qui ait été créé jusqu’ici ou qui sera créé dans la suite. Par cette création, il me choisit de préférence à des créatures sans nombre qu’il laissa dans le néant. Il y eut en moi quelque chose qui n’a pas de nom et qu’il a préféré, une spécialité qui a fixé son amour.
William Faber (1814-1863)

Mercredi 18 décembre

Marie entend concourir, et de toute l’énergie de son coeur, à l’oeuvre que Dieu fait en elle. Elle forme d’instant en instant, cette humanité que le Verbe lui emprunte. Tout entière elle est mère ; tout ce qui est d’elle enfante Jésus : son esprit, sa volonté, son âme enfin, plus encore que sa chair. Tout son être passe pour ainsi dire dans ce don qu’elle lui fait physiquement d’une portion de sa substance. Elle ne réserve rien de ce qu’elle lui peut donner et elle le donne avec une intensité et une plénitude de piété et d’amour que nous ne saurions concevoir.
Charles Gay   (1815-1892)

Mardi 17 décembre

Regarder Jésus suppose de prendre du temps avec lui, de se former à une vraie lecture de sa Parole dans l’Écriture et dans la Tradition, bref, de construire sa vie chrétienne dans un dialogue continuel avec lui. C’est cela souvent qui nous manque quand nous nous plaignons de ne pas savoir ce que Dieu attend de nous. 
Père Max Huot de Longchamp

Lundi 16 décembre

Nous devons croire en toute confiance que Dieu ne nous laissera pas tenter au delà de nos forces, car il est fidèle à ses promesses ; mais c’est à la condition que “celui qui pense être debout prenne garde de ne pas tomber “, et que chacun ” veille et prie pour ne pas entrer en tentation.”
Vital Lehodey (1857-1948)

3ème dimanche de l’Avent, Gaudete ! (Réjouissez-vous !)

“Je me tiens à la porte et je frappe. si quelqu’un entend ma voix et m’ouvre la porte,  j’entrerai chez lui, et je souperai avec lui et lui avec moi.”(Ap 3,20) Dieu se tient sans cesse à la porte de notre cœur ; il y frappe par les lumières, les bonnes inspirations, les remords, afin de nous porter à la recherche du bien et à la fuite du mal. Si nous étions attentifs, si nous rentrions souvent dans notre cœur, nous remarquerions qu’il y frappe à tout instant, et que, si nous ne l’entendons pas, c’est que nous nous mettons hors d’état de l’entendre.
Jean-Nicolas Grou (1731-1803)

Samedi 14 décembre, saint Jean de la Croix

Quand tu posséderas le Christ, tu seras  riche et cela te suffira. Il subviendra lui-même à tes besoins et  s’occupera fidèlement de toi pour tout, de telle sorte que tu n’aies pas besoin de compter sur les hommes. En effet, les hommes changent vite et font rapidement défaut, tandis que le Christ demeure pour l’éternité et se tient solidement à tes côtés jusqu’au bout.
Thomas a Kempis (1300-1471)

Vendredi 13, sainte Lucie

Le monde est bavard et bruyant, tout ce qui est creux est sonore. Le  monde est creux ; son esprit, c’est la vanité, le semblant, le rêve, le mensonge, la frivolité, la bagatelle, les riens, le rien. De là le flux, la multiplicité et le prodigieux tumulte de ses paroles allant dans tous les sens, et souvent se contredisant.  Les chrétiens naissent du Verbe, mais d’un Verbe que l’oreille de l’homme n’entend pas ; d’un Verbe spirituel et qui n’enfante que dans le silence.
Charles Gay (1815-1892)

Jeudi 12 décembre

Si l’homme s’abandonnait à Dieu en vraie confiance, en toute chose et dans tout ce qu’il fait, soyez-en sûrs, Dieu prendrait indiciblement mieux soin de cet homme, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur, que toutes les créatures ne pourraient le faire.
Bienheureux jean Tauler ( 1300-1361)

Mercredi 11 décembre

Tout ce qui ôte la paix et la tranquillité de l’intérieur, vient de la part du démon. Dieu a joint ensemble félicité et sainteté, de sorte que ses grâces non seulement sanctifient l’âme, mais encore la consolent  et la remplissent de paix et de douceur.
Louis l’allemand (1588-1635)

Mardi 10 décembre

Il est venu le DIEU bon , il est venu dans sa miséricorde et sa bonté, il est venu chercher et sauver ce qui était perdu. Il est parti à la recherche de la brebis perdue ; il l’a cherchée et l’a trouvée, et il a rapportée sur ses épaules à la bergerie du troupeau, lui le Seigneur plein de bonté, le pasteur à la douceur véritablement infinie.
Pseudo Augustin (14e siècle)

Lundi 9 décembre, Immaculée Conception (reportée)

Ce qui a proprement sanctifié Marie n’est pas tant son privilège de l’Immaculée Conception, ni le degré éminent de grâce sanctifiante qui lui a tout de suite été communiqué, mais bien plus encore l’acte libre par lequel elle s’est dévouée à Dieu au premier instant de sa raison, sa persévérance irrévocable dans ce dévouement ne s’étant jamais reprise en la moindre chose, et son inviolable fidélité à toutes les grâces actuelles.
Jean-Nicolas Grou (1731-1803)

Dimanche 8 décembre, 2ème dimanche de l’Avent

Peur d’être puni, mais on se convertit comme on tombe amoureux : quand on a rencontré l’amour de sa vie, on ne supporte plus de vivre pour ce qui n’en vaut pas la peine. Voyez Zachée dans l’Évangile : à peine Jésus l’a t il appelé qu’il met de l’ordre dans sa maison et change de vie : “Voici Seigneur, je fais don aux pauvres de la moitié de mes biens, et si j’ai fait du tort à quelqu’un, je vais lui rendre quatre fois plus. “(Lc 19,6).
Père Max Huot de Longchamp

Samedi 7 décembre, saint Ambroise

Ce n’est point la science, ni l’éloquence, ni les autres talents humains, mais la sainteté de vie et l’union avec Dieu, qui nous rendent des instruments propres à procurer le salut des âmes. Le vrai moyen d’acquérir la science des Saints et d’avoir de quoi remplir une exhortation, un entretien spirituel, ce n’est pas tant d’avoir recours aux livres qu’à l’humilité intérieure, à la pureté du cœur, au recueillement et à l’oraison.
Louis Lalemant ( 1588-1635)

Vendredi 6 décembre, saint Nicolas

Lorsque Jésus opère un miracle, on s’attendrait à ce qu’il le fasse savoir ! Mais tout au long de l’Évangile, Jésus s’efface, fuit la foule et demande le silence à ceux qu’il guérit.
Pourquoi ? Par modestie ? Non mais pour “que tout se passe pour vous selon votre foi !” et non selon votre enthousiasme. C’est dans la foi que Jésus nous sauve : la foi, autre nom de l’amour, est transparente. Elle vaut par elle-même, elle est relation pure entre deux personnes et n’a pas besoin de se montrer. Entre Jésus et nous, il n’y a que cette volonté de n’être que l’un par l’autre.

Père Max Huot de Longchamp

Jeudi 5 décembre

Jésus se donne lui-même à tous, il nous donne son cœur, sa grâce et son esprit ; il nous incorpore en lui, il nous rend vivants en lui, de lui et par lui, comme faisant partie de son corps, de son esprit et de lui-même, en une manière beaucoup plus efficace et importante que les membres que nous avons ne font partie de notre propre corps et de nous-mêmes.
Pierre de Bérulle (1575-1629)

Mercredi 4 décembre

L’homme doit jeter toutes ses affaires en Dieu et les lui abandonner, lui laisser le soin de pourvoir à tout pour le mieux, se confier complètement à lui. Si l’homme s’abandonnait à Dieu en vraie confiance, en toute chose et dans tout ce qu’il fait, soyez-en sûrs, Dieu prendrait indiciblement mieux soin de cet homme tant à l’intérieur qu’à l’extérieur que toutes les créatures ne pourraient le faire.
Bienheureux Jean Tauler (1300-1361)

Mardi 3 décembre, saint François-Xavier

Je fais comme les enfants qui ne savent pas lire, je dis simplement au bon Dieu ce que je veux lui dire… la prière c’est un élan du cœur. c’est un simple regard jeté vers le ciel, c’est un cri de reconnaissance et d’amour au sein de l’épreuve comme au sein de la joie.
Sainte-Thérèse de l’Enfant-Jésus (1873-1897)

Lundi 2 décembre

Il faut que nous nous accoutumions à rechercher l’accomplissement de notre perfection selon les voies ordinaires, en tranquillité de coeur, faisant tout ce que nous pouvons pour acquérir les vertus par la fidélité que nous aurons à les pratiquer, chacun selon notre condition et vocation.
Saint François de Sales (1567-1622)

Dimanche 1er décembre, 1er dimanche de l’Avent

Les ténèbres s’en vont, déjà brille la vraie lumière.
Antienne des complies

Menu